Book reviews 13/06/2016

coperta Bono.jpgSalvatore Bono

Schiavi. Una storia mediterranea (XVI-XIX secolo)

Feltrinelli, 2016

 

Fra il Rinascimento e l’età napoleonica, in Europa e nei paesi mediterranei la schiavitù ha riguardato sei-sette milioni di persone: neri africani, turchi, arabi, italiani, spagnoli, portoghesi, francesi, ma anche greci, ebrei, slavi, magiari, e persino ucraini, moscoviti, tedeschi, inglesi, olandesi, scandinavi. Attingendo a una ricchissima documentazione, questo libro narra la loro storia, dagli scontri e dalle catture per mare e per terra alla presenza di schiavi e schiave nella vita domestica e in quella pubblica, in Europa come sull’altra sponda del Mediterraneo: costretti al remo o ad altre fatiche sulle navi, sfruttati in cantieri e miniere, ma anche impegnati in proprio come barbieri, sarti, gestori di botteghe; oppure, in un rapporto che non escludeva l’affetto, servitori, governanti, concubine. Una storia in larga parte dimenticata che queste pagine riportano con efficacia in vita sotto gli occhi del lettore.

 

Béatrice Perez siviglia.jpg

Les marchands de Séville.

Une société inquiète (XVe-XVIe siècles)

Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2016

 

Si le monde marchand se dit au singulier, la réalité dissimule une grande variété d’individus différents dans leurs ambitions et dans la façon de construire un patrimoine pérenne. Pourtant, une seule et même tension travaille la société marchande, conduisant l’élite vers les horizons maritimes lointains ; vers l’intérieur des terres où l’investissement se fait agressif dans les riches terres oléicoles.
Comment comprendre cette tension sociale ? Quelle promotion garantit – ou ne garantit guère – le commerce ? La carrière du marchand sévillan est un chemin étroit que l’on suit longtemps et qui, dans certains cas, assoit solidement des prétentions sociales. Ce fut le cas des marchands compromis dans le commerce américain. Mais pour caractéristique que fut la force des gains outre-mer, ce négoce n’explique pas comment, ni pourquoi, certains intègrent ce monde nouveau dans leurs horizons commerciaux quand d’autres n’y parviennent guère.
L’auteur tente de montrer le rôle joué par les réseaux dans la promotion des hommes, la symbolique sociale assurée par la possession foncière et la capacité du marchand dynamique à intervenir dans tous les rouages commerciaux : de la régulation à la fonction d’intermédiaire, de la compagnie au prêt, du fret à l’assurance maritime. L’étude traite de l’entreprise familiale et de l’aventure multirisque à partir d’une analyse statistique de la société sévillane aux premiers temps de la modernité.
Les modalités commerciales sont observées à travers l’étude des contrats notariés, des chartes de compagnies, des représentants lointains ou des courtiers spécialisés. Les alliances entre les marchands, les réseaux, les patrimoines, les possessions constituent le coeur du livre. Toutefois, la réflexion engage à poser, en parallèle, la question de la place de l’individu dans la nouvelle économie monde et celle, plus délicate, de la part investie en Dieu et travaillant, pour l’éternité, à la paix de l’âme.
C’est ainsi le sens de cette société inquiète, en mouvement économique et en gestation conceptuelle permanente.

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s